Boké

Boké fait partir des régions économiquement importantes du pays, y compris celles engagées dans la pêche, l'exploitation minière et l'agriculture.
chemin-des-esclaves-boke-guinea-miranass-tourisme
la-force-noire-boke-guinea-miranass-tourisme
boke-rio-nunez-guinee-miranasstourisme
musee-boke-guinee-miranass-tourisme
mannequin-boke-rionunez-guinee-miranasstourisme

Boké est une préfecture située se trouve le long de la rivière Nuñez, près de la côte atlantique en Guinée. Elle couvre une superficie de 11 124 km², Boké fait partir des régions économiquement importantes du pays, y compris celles engagées dans la pêche, l’exploitation minière et l’agriculture.

La zone de production de bauxite la plus importante du pays se situe au nord de Sangarédi, à 80 km à l’est-nord-est de Boké, où un consortium international a commencé à exploiter la bauxite en 1973.

Autrefois un point de rassemblement pour les esclaves, la ville de Boké est devenue un poste de traite français en 1865 et a exporté des cacahuètes (arachides), du café et du caoutchouc sauvage de 1870 à 1914. La ville est maintenant le principal centre de marché (riz, poisson, bétail, oranges, huile de palme et amandes) pour les peuples Landuma, Fulani, Nalu, Mikifore et Baga de la région.

D’mba (Nimba), Déesse de la Fertilité

Protecteur & symbole de son identité culturelle Baga, le D’mba participe ainsi solennellement au cérémonies, notamment les mariages, camps initiatiques, moissons, funérailles des notables et autres, en différents espaces et périodes.

Dans cette ville se trouve le musée préfectoral de Boké, inauguré en 1982, il est abrite un fort construit en 1878. Avant d’être restauré en musée, le fort de Boké a été le lieu d’incarcération de deux rois : Alfa Yaya de Labé et Dinah Salifou, le dernier roi du peuple Nalou. En 1971, le fort est transformé en musée par Ahmed Sékou Touré, puis restauré en 1982 par l’Association des Amis du Musée.

Le musée de Boké possède une collection d’objets issus des différentes cultures et ethnies de la région : objets baga tels que les tam-tams de communication, les tambours pour l’initiation des femmes, le serpent baga pour l’initiation des garçons, les guinzes « toma monnaie » et masques nimba, symboles de fertilité. Au sous-sol du musée se trouvent également des cellules où étaient détenus des prisonniers.

Partager sur les réseaux sociaux

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Copyright © 2022 All rights reserved | Miranass Tourisme

EnglishFrench