Immersion à Niagassola

septembre 19, 2021par admin0
siguiri-niagassola-fort-gallieni-guinea-miranass-tourisme
siguiri-niagassola-nature-miranass-tourisme-guinee
bienvenue-a-niagassola-guinee-miranass-tourisme
siguiri-niagassola-cimitiere-guinee-miranass-tourisme-caporal
siguiri-niagassola-cimitiere-guinee-miranass-tourisme
siguiri-niagassola-termitiereguinee-miranass-tourisme

Niagassola est une ville et une sous-préfecture de la République de Guinée à 135 kilomètres de la commune urbaine de Siguiri dans la région de Kankan.

Le repères des Kouyaté « Griots » et descendants du Djéli Bala Fassèkè Kouyaté. Ils sont les gardiens du balafon sous la responsabilité du patriarche qui porte le titre de « balatigui » qui signifie en français « maître du balafon ». 

Niagassola abrite plusieurs sites culturels et touristiques dont les ruines de Niagassola communément appelé le « fort de Gallieni » construit en 1885, le balafon sacré Sosso Bala proclamé parmi les « chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité » l’espace culturel du Sosso Balla, incluant l’instrument et les traditions orales et musicales qui y sont liées en 2001 par l’UNESCO et en 2008, il a été inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, les cimentiers musulmans et chrétien de la garnison de fort Gallieni, la tombe du fondateur de Niagassola, les grottes…

Durant mon séjour dans cette ville pittoresque, j’ai appris l’histoire du fameux balafon Sosso Bala conservé à Niagassola par la famille Kouyaté qui est la gardienne de ce patrimoine, ensuite visité les ruines du fort de Gallieni, le cimetières musulmans et chrétien de la garnison de fort Gallieni.

L’histoire et le parcours du Sosso Bala

Soumahoro l’a obtenu en 1205 à travers une divinité, il en était le propriétaire exclusif et enjouait à sa guise jusqu’à 1235. Après la bataille de Kirina en 1235 le Sosso Bala est devenu un trophée de guerre pour les mandingues avec pour roi Soundiata Keita.

Le glorieux roi l’a donné officiellement à son Djéli nommé Bala Fassèkè Kouyaté à la charte de Kourou kan Fouga en 1236 et à son tour il garda le balafon dans la cour du roi.

La famille Kouyaté est répartie en trois (3) branches selon de Bala :

La première branche est de Moussa, la seconde de Mansa Manga et la troisième de Bato Mori.

Moussa a été désigné comme l’héritier de Sosso Bala en tant que « Balatigui » par son père. Les deux autres l’un gagna le colis et l’autre le tambour.

La lignée de moussa, le premier fils Donkouma Dokha dont la lignée est l’actuelle gardien du balafon à Niagassola, la famille est communément appelée Dokhan.

C’est un instrument mythique, après l’indépendance en 1958 il est devenu un patrimoine national Guinéen.

Namankoumba Kouyaté fait partir des pioner qui ont fait connaitre ce balafon au monde, historien de son état il était professeur de l’Université, il a fait proclamer le Sosso Bala en 2001 comme décédé en 2010heux d’œuvre du patrimoine orale et immatériel de l’humanité.

Depuis 50 ans elle était la cantatrice principale derrière le Sosso Bala.

Elhadj Sékou Kouyaté est l’actuel gardien du Sosso Bala « Balatigui », il a été intronisé le 11 avril 1999 à Niagassola.

Le Sosso Bala sort une fois par an à l’occasion de la fête de Tabaski et pour les occasions spéciales.

Dans la case où est conservé le Sosso Bala à il y a Nabakhoro, un balafon qui a plus de 500 ans utilisé pour les déplacements de longue distance ou l’homme ne peut pas transporter le Sosso Bala sur la tête. La personne qui transporte ne doit pas parler jusqu’à sa destination avec un cortège de chasseurs. C’est le Nabakhoro qu’on envoi parce que le Sosso Bala lui-même on ne le déplace pas.

Après cette découverte historique, on part en randonnée sur les ruines du fort de Galliéni situé à quelque mètre du centre. Autre fois ce site était un point stratégique.

Après cette découverte historique, on part en randonnée sur les ruines du fort de Galliéni situé à quelque mètre du centre. Autre fois ce site était un point stratégique construit en 1885 pour maintenir la suprématie française sur le fleuve Bakoye et les régions aurifères du Bouré et faire face aux sofas de Samory Touré qui d’ailleurs l’un des résistant à la conquête coloniale.

Pour clore cette expédition, j’ai visité cimetière des tirailleurs qui est situé entre le fort et le village et le celui des blancs situés à 500 mètres du fort.

Ce fut une belle expérience, la population est très chaleureuse. A bientôt pour une nouvelle découverte.

#lœilcurieux #MiranassTourisme #Niagassola #Siguiri #Guinée #SossoBala

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Copyright © 2022 All rights reserved | Miranass Tourisme

EnglishFrench